Présentation de l'Association Promembro

L'association Promembro a pour but de défendre les intérêts des personnes porteuses de prothèse(s)  du membre inférieur ou/et supérieur, en Suisse.

Situation générale

Alors que les médias ne cessent de vanter les avancées technologiques des prothèses, force est de constater une dégradation de la situation des personnes porteuses de prothèse(s) en Suisse, assurés SUVA et AI.
Cette péjoration est due tant à une interprétation plus sévère de la législation par l'administration, ainsi que par les modifications successives des ordonnances et des circulaires de mise en application.  Ci-dessous, cinq exemples valables aussi bien pour les assurés AI, que pour les assurés SUVA, les choses ne sont guère différentes ou plus roses.

Que dit la législation ?

1. Dans la circulaire concernant la remise des moyens auxiliaires par l'AI, il est écrit que :
« L'assuré n'a pas droit à l'équipement optimal dans son cas particulier » (CMAI, chiffre 1004)
Une telle phrase ouvre la porte à l'arbitraire donne la possibilité de refuser n'importe quelle prothèse.
Rappelons qu’une prothèse, même ultra-sophistiquée, ne sera jamais « optimale » en regard du membre perdu.


2. Les prestations aux assurés doivent être « de nature à rétablir, maintenir ou améliorer leur capacité de gain ou leur capacité d’accomplir leurs travaux habituels ». (LAI, art.8)
Une lecture stricte de cet article (surtout de la première partie) laisse les personnes de plus de 65 ans sur le côté (même avec droit acquis). Les personnes actives  ont de la peine à faire valoir le droit à une prothèse plus élaborée lorsqu'il faut remplacer l'appareillage existant puisqu'ils ne vont pas gagner plus en raison d'un meilleur équipement.


3. En 2011, suppression du droit à la deuxième prothèse:
« Une deuxième prothèse n'est accordée qu'au cas par cas et elle doit être (encore plus) simple. » (CMAI, chiffre 2001)

Une deuxième prothèse ne peut pas être plus simple, au risque de perdre en stabilité et en sécurité. Ceci est particulièrement vrai pour les personnes ayant subi une amputation trans-fémorale.


4. Modifications dans l'OMAI en 2013 : En plus de « simples et adéquats », les moyens auxiliaires doivent être désormais « économiques ». (OMAI, art.2.4)
Ce terme générique de « économique » ferme l’accès aux nouveautés, puisque plus coûteuses que les anciens composants. « Simple, adéquat et économique » ne signifie pas « basique et bon marché » !


5. « Il y a lieu de rembourser les prothèses fonctionnelles pour les pieds et les jambes. » (OMAI, Annexe 1.01)
Une finition plus élaborée avec la couleur et/ou la compensation de la fesse est refusée en s'appuyant sur cette ordonnance.

Les innovations de nos centres de recherche ne profiteront pas aux assurés

L'Etat participe au financement des écoles polytechniques qui font de la recherche sur des nouveaux appareillages, type prothèse de demain. D’un autre côté, l’AI et la SUVA s'appuient sur des bases légales qui permettent d’entraver l’accès aux  technologies d'aujourd'hui.
Face aux coûts toujours plus élevés auxquels les assurances doivent faire face, il est normal que les prestations ne soient pas distribuées selon la technique de l'arrosoir. Cependant, lorsque les économistes parlent d'argent en réduisant les dépenses, les porteurs de prothèse voient leur autonomie, leur sécurité et leur qualité de vie se péjorer grandement.
Pour le grand-public, les nouvelles technologies bénéficient déjà au plus grand nombre de porteurs de prothèse. La réalité est toute autre et dans les faits, les porteurs de prothèse sont considérés comme des profiteurs s'ils demandent un équipement en adéquation avec les besoins spécifiques à leur cas et en rapport avec les avancées technologiques.
Personne ne se fait couper un membre  pour profiter du système !
Certains assurés arrivent à se faire financer des prothèses modernes, lorsqu’ils ont les moyens financiers pour avoir recours à des appuis juridiques et/ou médicaux. Et ceux dont la force (psychique, physique et financière) est limitée se voient refuser les prestations par des fonctionnaires qui ne font qu'appliquer la loi (sic) mais sans égard face à la situation propre de chaque cas.

Pourquoi une nouvelle association ?

Les institutions comme Procap ou Pro Infirmis sont trop généralistes pour pouvoir se concentrer sur la minorité que représentent les personnes porteuses de prothèse.
C'est pourquoi, la création d'une association spécialisée sur les intérêts des personnes porteuses de prothèse devaitvoir le jour afin de faire entendre la voix de ses membres, tant auprès du grand-public qu’auprès des autorités politiques.

Il ne s'agit pas de créer un club de handicapés réuni autour d'une activité récréative, ni de se contenter de soutenir l'accès aux genoux électroniques, mais de créer un lobby, un réseau  suisse spécialisé dans la protection des intérêts des porteurs de prothèse dans leur ensemble (jeunes et moins jeunes, sportifs ou pas, actifs ou retraités, malades ou en bonne santé).

 

Quels sont les buts de l'association ?

  1.  Informer la population de la réalité des personnes porteuses de prothèse(s)
  2. Défendre les intérêts des personnes porteuses de prothèse(s) de membre inférieur ou/et supérieur, en Suisse
  3. Créer et entretenir un réseau de personnes physiques et morales intéressées par la cause des personnes porteuses de prothèse(s)
  4. Favoriser l'entraide et le partage entre les membres
  5.  Toutes autres actions qui visent à l’amélioration de la qualité de vie des personnes porteuses de prothèse(s)

 

Quels sont les soutiens que peut apporter l'association ?

 L'engagement du comité pour sensibiliser à cette cause sur le front politique et grand-public

  • L'accès à une plateforme de spécialistes constituée en réseau
  • Des consultations juridiques pour ce qui concerne l'appareillage (à déterminer)
  • Des nouvelles sur les dernières dispositions légales et juridiques concernant l'appareillage (site internet, newsletter, etc.)

Comment soutenir l'Association Promembro ?

Afin de légitimer son action,  il est nécessaire de réunir un grand nombre de membres, touchés de près ou de loin par cette cause.
Pour rejoindre l'association qui défend les droits des personnes porteuses de prothèse, inscrivez-vous!

 

début suivant »
Page
Menu
News

Membres

Intéressé à devenir membre ?

Prenez contact avec nous!

Vous souhaitez soutenir l'association par un don ?

CCP  14-619264-3

CONTACT

Si vous souhaitez des informations sur Promembro, vous pouvez prendre contact lors de la permanence durant les horaires ci-dessous:

Lundi : 17h à 18h30

Mercredi : 14h à 16h

Vendredi : 14h à 16h

Téléphone : 079 833 3617

 

Pour un contact par e-mail, cliquez sur ce lien

Page
Menu
News

Powered by CMSimple | Template: ge-webdesign.de | Connexion